Return to site

MESSAGE À TOUS LES CLIMATO-ANXIEUX

Ce qui fait les gros titres en ce moment, c’est l’Amazonie qui brûle. Mais quand ce n’est pas notre poumon qui part en fumée, ce sont les pesticides qui envahissent nos champs ou les nano particules de plastique qui tuent les poissons… A chaque période sa Une effrayante. Face à ces informations, plusieurs attitudes allant du scepticisme à la panique absolue. Si vous vous êtes déjà dit « On va tous crever », si la situation écologique vous met parfois la boule au ventre… C’est que vous faites face à la climato-anxiété ! Un fardeau moral certes, mais aussi un super-pouvoir !

I/ Qu'est-ce que c'est ?

Chez EthicAdvisor nous en sommes tous atteints, à notre niveau. Après tout, si nous sommes dans la team, c’est que les choses nous tiennent à cœur. Pour que vous saisissiez ce qu’implique cette anxiété particulière et que vous sachiez si cela vous concerne, parole à l’équipe !

1- Se sentir impuissant.e

La première des sensations anxiogènes pour moi, c'est ce tourbillon dans lequel on se sent emporté dès qu'on parle d'écologie, dès qu'on regarde les chiffres hallucinants de la pollution par exemple. Je ne suis pas du tout défaitiste, je ne crois pas au "bon bah de toutes façons c'est mort". Mais face à l'ampleur des mesures qui seraient nécessaires pour retrouver un écosystème viable sur le long terme, il est difficile de ne pas avoir le tournis et de ne pas se sentir tout petit.

-Adrien

2- Avoir l'impression de ne jamais faire assez

Je suis consciente de la gravité de la situation, et j'essaye vraiment de faire des efforts au quotidien pour réduire mon impact négatif sur l'environnement. Mais l'anxiété arrive quand je me rends compte qu'il est toujours possible de faire plus, d'aller plus loin, d'avoir un compost, d'utiliser ZERO plastique... Et je culpabilise, comme si ce n'était jamais assez, alors que je bouscule déjà considérablement mes habitudes.

-Amélie

Parce qu'elle a beau être végane, alerter sur l'écologie, privilégier les transports bas carbone... Aucune pitié n'est de mise pour Greta Thunberg

3- Se sentir coupable quand on fait un écart

Pour moi, ce qui est anxiogène c'est qu'on nous fait croire qu'il faut absolument être parfait. Chaque petit écart est culpabilisant, et vous pouvez être sûr qu'il y aura toujours quelqu'un pour vous le faire remarquer. Comme si tous les efforts du quotidien étaient effacés lorsqu'on commet un impair (volontaire ou non) quelque part. J'essaye d'éviter au maximum cette atmosphère via EthicAdvisor, mais c'est parfois compliqué.

-Eric

4- Se sentir seul.e dans nos combats

Ceux qui suivent le blog et EthicAdvisor depuis un moment, savent que je suis la végane du groupe. Pour moi, l'anxiété arrive quand je me dis que mon entourage comprend mes décisions mais que cela ne les fait pas changer de consommation. Si l'Amazonie brûle en ce moment, c'est pour faire du soja pour nourrir le bétail du monde entier... Et j'ai parfois l'impression que tout le monde s'en fiche. C'est cette sensation de solitude qui est parfois compliquée, qu'on parle de steak ou de gobelets en plastique.

- Youna

II/ Comment  réagir ?

Vous pouvez choisir de rester léthargique et penser aux tortues qui s’étouffent en pleurant dans votre lit, mais quelque chose nous dit que vous avez surtout envie de faire en sorte que les choses s’améliorent ! Votre part du colibri, somme toute. Mais une fois que vous avez trié vos déchets et que vous avez arrêté de mettre des pailles dans vos cocktails, comment faire en sorte que cette éco-anxiété ne bousille pas votre moral au quotidien ? On a quelques pistes pour vous.

1- Rejoindre une association

Il est parfois difficile de faire des choix, de se dire délibérément « Je choisis de donner mon temps aux mammifères marins même si les abeilles sont en danger aussi. ». Mais le fait de rejoindre une association, qu’elle soit très spécifique (sauver la lavande provençale) ou plus généraliste (aider au maintien de la biodiversité) aura un impact positif dans tous les cas.

Déjà, finie la solitude puisque vous rencontrerez des personnes tout aussi impliquées que vous ! Mais surtout, vous pourrez augmenter l’échelle de votre impact et faire rayonner vos engagements.

Si vous ne pouvez pas les rejoindre sur le terrain (nous avons conscience que la réalité de la vie fait que le temps manque parfois), il existe d’autre manières d’aider ces associations !

Les dons sont essentiels pour faire avancer les organisations. Vous pouvez faire des dons directs (sachez qu'une partie est déductible des impôts, entre 66 et 75% tout de même) ou en passant par des tiers. Le navigateur Lilo vous permet par exemple de transformer vos recherches sur Internet en dons ! Vous vous débarrassez de Google, vous aidez les associations de votre choix, et cela ne vous coûte rien… C’est pas beau ça ?

2- Se souvenir que ça compte

Vos petites actions vous semblent parfois bien ridicules face aux géants qui font fi de toute préoccupation écologique. Mais il est parfois bon de se rappeler que les initiatives à l’échelle individuelle peuvent aussi avoir un impact ! Petits exemples ?

  • Rien qu’en 2018, Nutella a perdu 10% de part de marché. Le boycott d’une marque, ce n’est que la multiplication d’individus qui se sont dits « Allez, je choisis une marque plus éthique, car ça compte. » !
  • Le maire de Langouët (Ille-et-Vilaine), qui a tenté de prendre un arrêté interdisant l'utilisation de pesticides à moins de 150 mètres de toute construction, s'est fait retoquer par la justice administrative. Mais face à la pression de l’opinion publique, le ministère de l’écologie a annoncé que l’état pourrait finalement imposer des zones de non-traitement !
  • En 2013, 150000 personnes signaient une pétition en moins de 24h pour interdire le chalutage en eau profonde (vous savez, ces gros filets de pêche qui raclent les fonds de l’océan, détruisant toute vie marine sur leur passage). Il aura fallu trois ans pour que la loi soit officiellement passée, mais depuis 2016 les petites bêtes faisant tranquillement leur vie sous 400m de profondeur sont enfin laissées tranquilles !
  • En France en 2018, nous avons produit 5,1% de moins de plastique que l’année précédente. Il suffit que ça ne s’achète plus pour que ça ne se vende plus ! (On essaye de rester positifs, on ne vous donne pas les chiffres mondiaux qui sont eux bien plus angoissants… Mais si ça vous intéresse, c’est par ici.)

3- Se pardonner

N’oubliez pas une chose : avoir discuté dix minutes avec votre cousine pour qu’elle change sa consommation aura toujours plus d’impact positif qu’un petit écart de votre part n’aura d’impact négatif. Tout le poids de l’avenir de l’humanité et de notre planète ne repose pas sur vos épaules, aussi décevant que cela puisse paraître… Vous êtes humain.e, parfois vous oubliez, parfois vous ne maîtrisez pas, parfois vous n’avez juste pas envie… Et c’est nor-mal. Ne perdez pas de temps à vous flageller, c’est de l’énergie perdue pour sauver le monde !

III/ Voyez cela comme un super pouvoir !

EthicAdvisor n’existerait pas si nous étions juste éco-anxieux chacun dans notre coin à remettre en question la présence de l’homme sur cette planète ! Cette sensibilité pour ce qui nous entoure, nous en avons fait un super pouvoir (et accessoirement une appli). Les changements et alternatives qui existent dans le monde, c’est grâce aux gens comme vous qu’ils existent !

1- Des marques se développent, et c'est grâce à vous

Quoi de mieux pour apaiser un climato-anxieux qu’un pull en matières recyclées ou une brosse à dents rechargeable ? Aujourd’hui de nombreuses entreprises s’attèlent à créer des produits plus éthiques, plus respectueux de l’environnement.

Ce sont à la base des prises de conscience individuelles, et elles prouvent deux choses : c’est possible ET c’est désiré, puisque ces produits sont de plus en plus facilement trouvables au quotidien ! Cela, c’est grâce aux gens comme vous qui tremblez à la pensée d’un morceau de plastique à usage unique.

C’est le fondement même de notre sélection de pépites éthiques : des belles histoires poussées par des personnes qui font du bien à la planète (entre autres) grâce à leurs produits.

Quelques exemples ?

HOPAAL fait des vêtements 100% à base de matériaux recyclés. Membres du Club 1% pour la planète, ils s'engagent aussi à fixer des prix justes toute l'année.

COZIE propose des cosmétiques véganes, bio, avec des contenants consignables et rechargeables... Ils sont labélisés Entreprise Sociale et Solidaire !

RRRAW révolutionne le chocolat, avec des chocolats véganes, crus, BIO, solidaires, équitables... Bref, si vous voulez vous accorder un plaisir qui a voyagé, c'est bien celui-ci qui vous fera le moins culpabiliser !

2- Les autres se réveillent, et c'est grâce à vous

Une autre preuve que vous avez des super pouvoirs ? Les mentalités changent ! Plus personne ne remet en question le fait que les couverts à usage unique soient une aberration, ou que la place d’une bouteille en verre soit dans un bac à recyclage. Ce n’était pas si évident il y a de ça quelques années.

S’il ne vous viendrait plus à l’idée de fumer dans votre bureau ou de rouler dans une voiture sans ceintures, c’est grâce à la détermination de ces personnes qu’on considérait comme marginales. Des personnes qui ne dormaient plus la nuit à force de penser à ces poumons qu’on intoxiquait contre leur gré, tout comme vous pensez parfois avec effroi à la fonte des pôles !

Aujourd’hui, de nouvelles habitudes rentrent dans les mœurs. Cela ne va sûrement pas assez vite pour vous, cela n’est sûrement pas assez impactant pour vous, mais ça rentre. On est d’accord, ça serait vraiment plus chouette si tout le monde prenait enfin maintenant tout de suite des décisions pour mieux consommer. Mais ce n’est pas le cas. Alors soyez fier ou fière d’avoir fait arrêter la viande à votre cousine, et continuez de militer dans votre association pour la biodiversité ! Vous le méritez.

Tout ça pour dire... On est désolés, mais vous avez un peu raison. Ça s’annonce compliqué pour la planète. Enfin, pour les êtres vivants qui sont dessus en tout cas… Compliqué, mais pas perdu ! Comme le disait Aurélien Barrau récemment dans une interview à l’Info Durable : les « micro résistances disséminées » sont la solution, le mouvement « collapsologue » (i.e. on va exploser on va tous mourir ça sert à rien) n’étant pas une fatalité.

Pour les jours où ça ne va vraiment pas, on a nos articles « Bonnes nouvelles pour la planète » ! Les éditions une et deux vous attendent ici et ici.

Et pour tous les jours, puisque la cohérence des actes et des pensées apaise l’esprit, il y a notre sélection de produits éthiques ! Vous pouvez même choisir quels critères comptent pour vous (on vous voit, ceux qui se fichent du véganisme mais qui veulent du recyclable).

Et surtout, ne lâchez pas !

Youna Zerrouki

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OK