Return to site

Le boycott du Black Friday pour les nuls

Ça y est, il est là ! Les cartes bleues s’affolent, les chéquiers trépignent et les cabas s’impatientent. Cela fait maintenant des jours qu’il est annoncé, que les marques font des promesses toujours plus folles. Sur les murs du métro, dans vos mails, en magasin : le black Friday (parfois transformé en black week) est arrivé. Petit guide rapide si vous n’êtes pas encore sûr de vouloir y succomber.

Tradition issue de la culture nord-américaine, ce jour de shopping effréné est arrivé eu Europe il y a de cela quelques années. Accueilli en France comme une nouvelle période de soldes permettant de faire des affaires toujours plus intéressantes, il génère chaque année des chiffres de plus en plus mirobolants grâce à sa proximité avec les fêtes de Noël.

Mais, alors qu’on pourrait y voir un simple moyen de faire des cadeaux à ses proches à moindre frais (ce qui, avouons-le, reste une démarche plutôt louable), ce Black Friday est majoritairement l’occasion… d’acheter. « Pourquoi ? », nous direz-vous. Pour acheter. C’est tout. Explications.

Symbole du consumérisme

La promesse du Black Friday est simple : retrouver des produits moins chers que d’habitude, sans avoir besoin d’attendre les soldes. C’est ce qui pousse les consommateurs à « faire le plein », avec comme seule motivation le fait de faire de supposées économies.

Mais répétons-le : ce ne sont pas des économies si vous achetez quelque chose dont vous n’avez pas besoin. Acheter 150 euros un nouveau téléphone au lieu de 200, si votre ancien téléphone fonctionne toujours, ce n’est pas économiser 50 euros. C’est en dépenser 150.

"Ce ne sont pas des économies si vous achetez quelque chose dont vous n’avez pas besoin."

La principale critique faite à ces incitations à l’achat, c’est la création de la demande. On vous fait croire que vous avez envie/besoin de quelque chose de neuf. On vous fait croire que vous seriez idiot de laisser passer de telles offres.

Non, vous n’êtes pas idiot de ne pas y succomber. Vous avez simplement conscience de l’impact de vos achats. Sur votre porte-monnaie, déjà. Sur la planète, surtout.

L'impact écologique du Black Friday

Hippopotame et fers à repasser

La majorité des achats effectués sur cette journée (voire cette semaine) se fait dans les rayons électroménager et électronique. Téléviseurs, ordinateurs et aspirateurs déchaînent subitement les passions. Cependant, alors que certaines personnes sont effectivement tributaires de ce genre de promotions pour s’équiper, c’est surtout l’occasion d’acheter des choses… déjà présentes dans nos salons ! Envie de disposer des dernières technologies (envie qui, encore une fois, a été instiguée à nos dépends tout au long de l’année par les marques), fascination grandissante pour la domotique, croyance fumeuse qu’un fer à repasser se doit de plier le linge à votre place… Toutes les raisons sont bonnes pour s’équiper toujours plus.

L’ADEME a calculé que nous avions l’équivalent d’un hippopotame d’électroménager par foyer. Un hippopotame, c’est 2,5 tonnes. La comparaison s’arrête là, car alors qu’un hippopotame participera favorablement au maintien d’un écosystème l’électroménager ne fera qu’avoir un impact carbone énorme (de part sa confection, sa livraison, son traitement, etc.).

"La fast fashion, c’est le McDonald’s du t-shirt, le KFC de la bottine."

La fast fashion et ses dérives

La fast fashion, c’est le McDonald’s du t-shirt, le KFC de la bottine. Basant leur stratégie sur des vêtements peu chers mais de mauvaise qualité, certains magasins ont déjà un impact écologique considérable au long de l’année en faisant oublier le vrai coût des biens et en incitant à acheter de nouvelles collections régulièrement.

Deuxième plus grand secteur concerné par le Black Friday, la mode enfonce donc toujours un peu plus le clou des prix bas à cette période. Ce qui fait toujours plus de produits fabriqués dans des conditions douteuses, mais aussi toujours plus de produits relégués au fond du placard pour aucune raison, voire jetés par simple désintérêt d’une mode de deux mois passée.

Alors, on fait quoi ?

Attention ! On ne vous dit pas de ne plus jamais rien acheter. Notre mot d’ordre reste et restera : se faire du bien en faisant du bien. Le plaisir est au cœur de notre quotidien et on ne voudrait surtout pas vous l’enlever ! Mais on a quelques solutions pour vous, pour appréhender cette période.

Si vous tenez à faire des cadeaux, nous en avons plein à vous proposer sur EthicAdvisor ! Pas de promotion, car nous participons au mouvement Green Friday qui encourage les entreprises à ne pas pousser à la surconsommation. Mais au moins pas de mauvaises surprises : vous trouverez tous les jours des pépites éthiques sélectionnées par nos soins ! L’occasion de faire plaisir et de vous faire plaisir en réduisant votre impact écologique, et en donnant votre argent à des producteurs avec une démarche consciente. Allez faire un tour par ici !

Faire vivre le marché de l’occasion

Le black Friday a fait des siennes l’année dernière, et les placards sont envahis de choses dont les gens veulent se débarrasser ! Profitez donc des plateformes de vente entre particuliers pour racheter ces objets ou accessoires à un moindre coût. Cela fait moins de biens à entrer en circulation, moins de biens à produire, moins de biens à détruire. Et tout le monde est content ! Certains produits sont même quasiment neufs lorsqu’ils sont revendus, vous aurez la satisfaction d’un nouvel achat sans avoir l’impression d’être tombé dans les tréfonds obscurs du bon coin…

"Pas de mauvaises surprises : vous trouverez tous les jours des pépites éthiques sélectionnées par nos soins."

Ne pas acheter

C’est aussi simple que ça. Est-ce que vous avez besoin de cet objet ? Est-ce qu’il vous fait du bien ? Est-ce que vous ne pourriez pas l’emprunter / le fabriquer / l’acheter d’occasion ? Tournez votre cerveau sept fois dans votre boîte crânienne avant d’acheter !

Donner

Bon, ça fait des mois que le vouliez, ce drone. Cet appareil à raclette, ce pull, ce set de couteaux. Vous allez profiter du Black Friday pour faire cet achat, pas forcément raisonnable, mais réfléchi. Dans ce cas, n’oubliez pas que si vous remplacez quelque chose d’encore fonctionnel, quelqu’un d’autre pourrait en avoir besoin ! Un cousin, un voisin, ou n’importe qui dans le besoin. N’hésitez pas à faire le tour de vos connaissances ou bien à aller déposer ce dont vous n’avez plus besoin chez Emmaüs, dans des centres de récupération ou dans des associations. L’hiver arrive, vos vieux pulls vous semblent peut-être moches mais ils pourront toujours réchauffer quelqu’un dans la rue.

Se faire du bien en faisant du bien

N'oubliez pas notre devise ! Pas de quoi vous flageller si vous avez acheté quelque chose qui ne vous était pas indispensable, lors de ce Black Friday ou de toute autre opération. Vous pouvez toujours penser à l'après ! Faites en sorte que cet objet dure le plus longtemps possible en en prenant soin, réparez-le au lieu de le jeter quand le moment viendra, donnez-le, recyclez-le, revendez-le, bref: que cet achat soit rentabilisé. Et la prochaine fois prenez le même, mais en version éthique validée par EthicAdvisor !

Youna Zerrouki

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly