Return to site

Faut-il avoir peur des multinationales ?

· Social,Planète

Qu'est ce qu'une multinationale ?

Back to the basics. Il en existe deux grandes catégories :

Les « Historiques », fruits du succès d’un champion national historique qui a su se développer à coup de rachats et de création de filiales étrangères. Elles sont souvent anciennes sauf pour les multinationales chinoises, qui ne sont apparues qu’à la libéralisation de la Chine dans les années 2000 (Huawey, Lenovo, etc.) mais qui vu l’importance de leur marché local ont su rapidement s’internationaliser.

Les « Modernes », souvent issues du digital, et qui dès le départ ont eu une stratégie mondiale. Les GAFA sont les plus connues (Google, Apple, Facebook, Amazon).

Quelle que soit leur histoire, le point commun de ces sociétés est leur présence internationale (souvent dans plus de 80 pays), la taille de leur chiffre d’affaire et bénéfices, et leur nombre d’employés.

"Walmart génère plus de 500 milliards de CA, l’équivalent du PIB du 20ème plus riche pays du monde : l’Argentine."

Ainsi, la plus grosse multinationale du monde, Walmart, le principal concurrent de Carrefour, génère plus de 500 milliards de CA (l’équivalent du PIB du 20ème plus riche pays du monde, l’Argentine) et emploie plus de 2,3 millions de salariés. La 100ème plus grosse multinationale du monde pèse plus de 70 Milliards, soit le PIB de Cuba, le 70ème pays du monde.

Ok, elles sont grosses, riches et internationales, et alors ?

Le problème, c'est que ces 3 éléments leurs donnent une capacité d’influence hors norme sur tous les acteurs privés et publics.

L'impact des multinationales sur le secteur privé

Leur poids en tant que donneur d’ordres, et leurs services achats conséquents, leurs permettent de mettre tous les fournisseurs potentiels sous pression maximale. On ne compte plus les PME qui rognent sur leur marge, ou pire, ont dû déposer le bilan pour donner suite à un déréférencement d’un de leur client multinational. On voit déjà ici la première ambiguïté : les multinationales sont souvent des gros acheteurs de sous-traitance, mais leurs fournisseurs sont proportionnellement contraints à des efforts gigantesques pour le devenir ou le rester.

"Les multinationales sont souvent des gros acheteurs de sous-traitance, mais leurs fournisseurs sont proportionnellement contraints à des efforts gigantesques pour le devenir ou le rester."

Nous connaissons tous par exemple le problème des producteurs laitiers français, dont Lactalis, principal acteur du marché, négocie les prix d’achats en deçà du coût de production. Ce sont ces phénomènes qui expliquent par ailleurs le succès de la marque « c’est qui le patron » qui s’assure d'une juste répartition des bénéfices entre producteurs et distributeurs.

Aussi, dès que 2/3 multinationales se partagent 70 ou 80% d’un marché, la tentation d’entente sur les prix devient énorme. On se rappelle le scandale en avril 2011, où Procter & Gamble a dû payer 211 millions d’euros d’amende après avoir été reconnu coupable d'un cartel de fixation des prix en Europe avec Unilever et Henkel. Ou encore, le cas l’Oréal/Unilever (https://www.marianne.net/societe/l-oreal-unilever-colgate-pres-d-1-milliard-d-euros-d-amende-pour-entente-illicite-sur-les).

Pour les plus bilingues d'entre vous, une vidéo très intéressante reprend justement l'impact du monopole de ces multinationales sur le marché et donc la société !

L'impact des multinationales sur le secteur public

Probablement le plus gros problème actuel des multinationales, et la principale raison qui nous amène à mettre en avant des produits issus de PME : la puissance des multinationales leur permet d’investir dans 2 domaines souvent hors de portée pour les entreprises plus modestes.

1 – Le lobbying :

Il existe à Bruxelles plus de 12 000 lobbyistes officiels. Certains viennent de grosses ONG comme Greenpeace ou WWF, mais la grande majorité vient des multinationales. Ainsi, Total a dépensé plus de 2,5 millions d’euros en 2017 pour ses activités de lobbying à Bruxelles. Or, toutes ces multinationales, par la dilution et dissociation du capital qui n’appartient que rarement au salarié, n’ont aucun autre intérêt que le dividende à verser en fin de trimestre.

  • Peu importe l’impact écologique : que ce soient les pétroliers ou l’affaire Volkswagen, ou la déforestation pour produite l’huile de palme...
  • Peu importe l’impact social : le profit et le dividende étant la règle, peu importe d’associer les salariés à la réussite de l’entreprise : réduire les coûts salariaux, robotiser, délocaliser seront toujours les priorités à l’agenda des multinationales.

La seule chose qui importe donc aux multinationales est de s’assurer d’un contexte politico-légal qui leur permettra de vendre plus et plus cher avec le minimum de contraintes écologiques, sanitaire et sociales.

Financer de fausses études scientifiques en leur faveur, inviter les parlementaires à des déjeuners 3 étoiles, financer des campagnes électorales sont autant de tactiques que les multinationales ont les moyens de mettre en œuvre pour servir leur unique objectif : verser des dividendes à des actionnaires inconnus et non impliqués sur du très court terme.

"Les lobbies de l’agro-alimentaire ont su manœuvrer pour rendre cet étiquetage non obligatoire. Heureusement, chez EthicAdvisor, on vous le propose sur tous les produits, grâce à Open Food Facts.​"

Un exemple récent et concret de ce pouvoir des lobbies, le NutriScore : l’étiquetage obligatoire des aliments en fonction de leur taux de sucres et ou de graisse. Une mesure que beaucoup de français, comme vous cher éthicoeur, trouveront améliorable mais intelligente. Les lobbies de l’agro-alimentaire ont su manœuvrer pour rendre cet étiquetage non obligatoire. Heureusement, chez EthicAdvisor, on vous le propose sur tous les produits, grâce à Open Food Facts.

2 – L’évasion fiscale

Soit par la taille de leur service juridique, soit par leur capacité de sous-traiter à des cabinets spécialisés bien connus, les multinationales peuvent cumuler le nombre de filiales présentes dans de multiples pays et leurs compétences juridiques et financières pour « optimiser » leurs déclarations fiscales et les montants à verser. Ainsi, selon diverses ONG comme OXFAM ou Tax Justice Network, c’est plus de 1000 milliards de recettes que les états européens perdent via l’évasion et la fraude fiscale.

Pour rappel, l'évasion n'est pas illégale. Elle est le fruit de montages financiers "optimisés" afin de dépenser un minimum d'argent dans les pays concernés, contrairement à la fraude fiscale qui elle est totalement illégale puisqu'elle correspond à des mensonges sur les déclarations officielles.

Pour la France, ce sont à minima 80 milliards de perdus soit plus que l’équivalent du budget de l’éducation nationale (55 milliards).

Pour la France, ce sont à minima 80 milliards de perdus soit plus que l’équivalent du budget de l’éducation nationale (55 milliards).​

Que faire face aux multinationales ?

Toutes les multinationales ne sont pas que des monstres avides de dividendes, mais force est de constater que les impacts santé, sociaux et écologiques, même avec la montée du RSE, sont souvent relégués après les considérations de profit et dividendes à court terme.

Privilégier les PME en leur achetant directement résout les 3 problèmes évoqués ci-dessus : nous aidons à réduire leur dépendance à la puissance d’achat des grands groupes, et nous limitons le lobby et l’évasion fiscale. Les lois seront votées plus objectivement, et les revenus et la capacité de l’état à investir dans l’éducation ou la santé seront donc renforcés.

C’est pour cela que nous vous offrons 2 façons de sélectionner vos produits via EthicAdvisor : soit en éliminant les marques des grands groupes (souvent masquées derrière des sous-marques poétiques), soit en sélectionnant les critères TPE ou PME ou Coopératives. Vous pouvez de plus privilégier les PME françaises pour encore plus d’impact positif sur l’empreinte carbone et l’emploi en France !

En téléchargeant l'application EthicAdvisor, vous pouvez aussi savoir si le produit entre vos main fait partie d'une des principales multinationales mondiales. Il suffit d'un scan !

Youna Zerrouki et Eric Taillard

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly