Return to site

Ce que nous avons appris grâce à Greta Thunberg

Son nom est sur toutes les lèvres depuis quelques jours, et pourtant son mouvement ne date pas d’hier. Mais la différence est là : Greta Thunberg ne s’est cette fois pas contentée de faire se soulever la jeunesse, elle s’est directement adressée aux grands. Invitée à l’Assemblée nationale ce 23 juillet, son allocution a suscité énormément de réactions. Mais qu’avons-nous appris depuis ?

I/ La décence a ses raisons...

On a vu fleurir sur tous les médias (qu’ils soient canoniques ou sociaux) des opinions allant d'un légitime désaccord argumenté à une agressivité ad hominem désinhibée.

1- Les attaques sur la légitimité

« L’assemblée nationale n’a pas à accueillir une gamine comme si c’était un chef d’Etat. »

Le rôle d’un chef d’Etat est bien différent de celui d’une porte-parole d’un mouvement international, il est vrai. Cependant, le rôle de cette dernière n’a pas à être minimisé : par son jeune âge, elle a réussi à faire se lever des jeunes qui ne trouvaient pas de modèle. Les grèves des lycéens plus tôt cette année, qu’on a déjà tendance à oublier, ont en effet été inspirées par cette preuve que la jeunesse aussi pouvait avoir des choses à défendre.

Le futur de cette planète, c’est le futur de cette génération. Qui mieux qu’une adolescente pour dire qu’elle a peur pour ses vieilles années (et celles de tout ce qui l’entoure) ?

2- Les attaques sur Asperger

« Les autistes ne font que dire ce qu’on leur fait bêtement répéter. »

Il semblerait qu’il soit devenu normal d’attaquer une jeune adolescente sur son syndrome autistique Asperger. Cette forme d’autisme, qui peut avoir des effets totalement différents d’une personne à une autre, serait alors une raison pour dénigrer le fond des propos tenus.

Vous n’y croyez pas ? Et pourtant, il suffit de lire les chapô des articles pour se rendre compte que c’est à cela qu’on caractérise la jeune fille : « Greta Thunberg, adolescente autiste Asperger » et l’équivalent du « Un homme noir a … ». Oui c’est vrai. Mais non, ce n’est pas l’information la plus pertinente à propos de cette personne.

Nous ne rentrerons pas dans le jeu de citer les différentes sources de ces attaques, mais si vous tombez sur un cas de validisme (discrimination à l'encontre des personnes en situation de handicap), vous pouvez le souligner à l'auteur.e de ces propos !

2/ Le changement, c'est pas maintenant

1- Pas assez de pertinence ?

Quand les attaques ont le bon goût de ne pas se faire sur la personne mais sur le fond, jaillissent les sofismes basiques cherchant à minimiser la pertinence d’un tel discours.

« La France est moins pire que les autres, elle devrait aller parler aux autres pays. » Oui, mais non. La France a en effet une empreinte CO2 moins importante que beaucoup de pays européens « grâce » aux centrales nucléaires qui produisent la majorité de notre électricité, mais nous ne sommes pas exempts de tout reproche. De plus, le rayonnement politique de la France en Europe nous permet d’avoir un impact bien plus loin qu’au sein de nos frontières.

2- Le CETA, et cetera...

Cette même journée où étaient reçues en grande pompe des figures de l'avenir écologique, était ratifié le CETA (Accord économique et commercial global, dans sa version française). Cet accord, dont la médiatisation date déjà de plusieurs années, bénéficie d'une opinion générale largement défavorable. Elle permet en effet entre autre de faire venir d'Amérique du Nord des produits (déjà accessibles en France pour la plupart) à des coûts moindres mais avec des normes bien moins strictes que celles déjà présentes dans l'Union Européenne.

L'exemple le plus connu étant celui du bétail, qui comme souligné et décortiqué par François Ruffin pourra être nourri aux farines animales, pratique totalement interdite en France depuis les tragédies de la vache folle.

Nivellement et harmonisation par le bas, transports transatlantiques énergivores : le CETA est un traité dont l'essence même est économique. Ecologie et santé publique sont reléguées au dernier plan, le jour même où est mise en lumière l'urgence écologique à laquelle fait face notre civilisation. Est-ce que ce monde est sérieux ?

3/ Nous pouvons faire quelque chose

1- La science est du côté de Greta

Reçu chez France Culture le jour même, l'astrophysicien Adrien Barrau déclarait "La science est du côté de Greta.". En effet, tout comme elle incitait les députés présents à l'Assemblée à le faire, la lecture du dernier rapport du GIEC (Groupement d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat) est assez limpide : en somme, des changements drastiques sont nécessaires si on veut que la Terre continue d'être une planète habitable.

"On sait depuis 40 ans que nous sommes dans une situation critique. Tous ceux qui s'y intéressent le savent. 15 000 scientifiques ont alerté sur la gravité de situation. Rien n'a été fait. Les experts internationaux alertent, rien n'est fait, et là, ils s'indignent du fait qu'une jeune femme vienne précisément relayer ce message ?! Soyons bien clairs, la Science est du côté de Greta." Adrien Barrau

Le discours de Greta Thunberg n'est ni nouveau, ni grossièrement apocalyptique : il n'est qu'une énième manière d'exprimer l'urgence dans laquelle nous nous trouvons. Il semblerait cependant que cette fois encore, on ait trouvé des arguments pour esquiver la remise en question.

2- Nous pouvons avoir un impact

"J'ai appris qu’on n’est jamais trop petit pour faire une différence, et que si quelques enfants peuvent faire les gros titres partout dans le monde, simplement parce qu’ils ne vont pas à l’école, imaginez ce que nous pourrions faire ensemble si nous le voulions."

Ces quelques mots, issus de son discours le jour J, instiguent un message clair : si nous le voulions, nous pourrions changer les choses. Non, nous ne pourrions pas effacer les années passées à gaspiller l'énergie et à rejeter nos tonnes de déchets produits dans des endroits plus improbables les uns que les autres. Mais nous pourrions décider de changer nos habitudes et de nous soulever face au corps politique refusant toute action drastique.

Ce que nous avons appris grâce à Greta Thunberg et à ces derniers jours, c'est qu'il est possible de changer les choses si nous arrêtons de trouver des excuses. L'impact est possible, qu'il passe par la consommation quotidienne ou par l'engagement pour faire bouger le corps dirigeant.

Vous le savez, EthicAdvisor se refuse à entrer dans quelque querelle politique que ce soit. Cependant, les enjeux ici dépassent largement les murs de l'Assemblée nationale : les arguments utilisés pour étouffer le message de fond de cette journée nous interpellent. Ils sont précisément ce que l'adolescente dénonce avec ferveur. Elle n'était d'ailleurs pas seule ce jour-là : si elle a accaparé les gros titres, d'autres personnes (dont des références scientifiques) ont pris la pris la parole face aux députés.

Ce type de situation, où la forme écrase le fond, sont symptomatiques des conditions dans lesquelles EthicAdvisor a été créé. C'est pour cela que toutes les informations que nous vous donnons sur les produits ne sont pas basées sur de l'émotion ni même des convictions, mais des faits avérés, mesurables et quantifiables. Des informations factuelles qui sont applicables aussi bien aux produits que vous allez scanner qu'aux pépites éthiques que nous sélectionnons.

Mise en perspective

Même si les attaques contre la personne et le message de Greta Thunberg sont tintés de l'hypocrisie de la dissonance cognitive, il convient de remettre certaines choses en perspective. L'adolescente n'est pas un gourou, et si la représentativité qu'elle permet est bénéfique pour les plus jeunes il ne faudrait pas fermer les yeux sur les enjeux de sa présence dans les médias. Un article de Reporterre montre d'ailleurs très bien que sa médiatisation est loin d'être un hasard, nous vous recommandons sa lecture : chaque décision de position éthique se doit d'être éclairée, c'est tout l'enjeu d'EthicAdvisor !

Youna Zerrouki

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OK